Portraits des mères tunisiennes manifestant pour leurs fils disparus

Par
Se manifester pour empêcher les autorités de garder le silence. Comme elles le font régulièrement, les mères tunisiennes réclamant des informations sur leurs fils disparus en mer Méditerranée l’année dernière se sont rassemblées, mardi 5 juin 2012, devant l’ambassade d’Italie à Tunis (lire notre entretien avec la philosophe Federica Sossi, féministe engagée aux côtés de ces femmes et accéder à notre série sur La Méditerranée, cimetière migratoire).

Membre de l'association Migreurop en transit en Tunisie, Sara Prestianni les a photographiées. Elles sont dehors, occupent la rue, bloquent la circulation. Elles brandissent des portraits de leurs enfants, visages de jeunes adultes encadrés de dorures, ou des pancartes parlant des droits des migrants. Elles les serrent dans leurs mains et les tiennent haut en direction du bâtiment officiel.

On discerne des dates de naissance et des dates d’embarquement. Des passeports, des policiers, des fils de fer barbelés, des drapeaux tunisiens. Certaines mères sont coiffées de voiles motifs colorés, blancs ou panthère, d’autres ont relevé leurs lunettes de soleil sur leurs cheveux. On les voit crier, regarder fixement l’objectif, sourire parfois de se retrouver, discuter. Quelques hommes sont dans les parages. Aux fenêtres, des voisins les observent. Elles paraissent si déterminées qu’on n’imagine pas que leur combat cesse avant qu’elles n’aient obtenu des réponses claires et précises à leurs demandes d’enquête aux gouvernements tunisiens et italiens. 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni

 

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni