Hélène Balazard : « Oui, il est possible d'agir en démocratie »

Por

Si les formes démocratiques traditionnelles (le parti, le syndicat, le vote, etc.) sont en déclin, l'engagement civique, lui, ne faiblit pas. Selon Hélène Balazard, auteure d'Agir en démocratie, inclure dans la société politique les plus démunis et remettre les relations humaines au cœur de la politique est à la fois nécessaire et possible.

Artículo en acceso libre. Descubre y lee todo en Mediapart Abonarse

« La démocratie est confisquée. » « Les élus ne nous représentent pas. » « Les élus sont dans la main des lobbies. » « Les citoyens ne peuvent pas changer la société. » « La politique, on n'y comprend rien, c'est trop technique. » Face à ces lieux communs de notre temps, qui ont leur part de réalité mais sont un peu déprimants, Hélène Balazard propose un livre salutaire et vivifiant. Oui, dit-elle, il est encore possible d'agir en démocratie. « On attend trop souvent la solution miracle. Mais la démocratie n'est jamais parfaite, c'est une quête permanente. » Et c'est souvent sur le terrain, dans des actions collectives locales, que se crée, ou se recrée du lien, de la citoyenneté et de la démocratie.

Chercheuse engagée, qui a participé à l'aventure de l'Alliance citoyenne de l'agglomération grenobloise, Hélène Balazard en est persuadée : si les formes démocratiques traditionnelles (le parti, le syndicat, le vote, etc.) sont en déclin, l'engagement civique, lui, ne faiblit pas. Autre certitude martelée avec force dans ce livre enthousiasmant : il est possible d'inclure dans la société politique les plus démunis, qui par définition ne sont représentés par personne. Possible, aussi, de remettre les relations humaines et le souci des autres au cœur de la politique.

Hélène Balazard : " Il est possible d'agir en démocratie " © Mediapart

Loin d'être un traité théorique new age, le livre s'appuie sur des expériences concrètes, à Grenoble et à Londres, inspirées du "community organizing" né aux États-Unis dans les années 1940. À Londres, London Citizens se donne ainsi comme objectif d'« organiser les pauvres », et a initié des campagnes ciblées en faveur d'un salaire décent, de l'accès au logement ou pour demander des comptes aux politiques. C'est aussi de cette culture de la mobilisation locale que se revendique un mouvement comme Podemos en Espagne, dont deux représentantes viennent d'emporter les mairies de Madrid et Barcelone.  

Mobiliser et structurer des « communautés » ? Ce jargon peut faire frémir dans la France républicaine, où communauté égale forcément lobby. Mais pour Hélène Balazard, il est temps de reconnaître que les associations, les regroupements de citoyens, les collectifs divers peuvent participer à l'élaboration des politiques publiques. « Il y a évidemment des communautés, et ne pas le reconnaître comme porte d'entrée du politique, c'est cela qui crée du repli sur soi, du communautarisme. »

Agir en démocratie
Hélène Balazard
Éditions de l'Atelier, 2015, 14 euros

Continùa leyendo en Mediapart Acceso ilimitado al periódico participación libre en el club Abonarse