Chez les gens du voyage, «la présence d’un frère à un enterrement est cruciale»

Por

L’anthropologue Marc Bordigoni analyse le rapport aux morts de la communauté.

Este artículo es de acceso abierto. La información nos protege Me suscribo

Après les incidents survenus mardi soir à Moirans (Isère), où des gens du voyage ont demandé la sortie de prison pour quelques heures du frère d’un des leurs décédé le week-end dernier, l’anthropologue Marc Bordigoni, auteur de Gitans, Tsiganes, Roms… Idées reçues sur le monde du voyage (Le Cavalier bleu, 2013), explique à Libération les spécificités culturelles de cette communauté dans son rapport aux morts et rappelle que les tensions des derniers mois résultent de décisions politiques.

Lire l'interview sur liberation.fr

No hay movilización sin confianza
No hay confianza sin verdad
Apóyanos