Jérôme Ferrari: «Le pire n’est peut-être pas toujours certain, mais il est toujours possible»

Alors que le pouvoir politique vide les mots de leurs sens, comment réconcilier l’expression et les faits ? La littérature peut-elle jouer un rôle dans le « monde d’après » ? Le changement espéré est-il possible ? Entretien avec l’écrivain Jérôme Ferrari, prix Goncourt 2012.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’écrivain Jérôme Ferrari, prix Goncourt 2012 et auteur du roman À son image (Actes Sud), se désole de « l’exercice constant du déni » opéré par le pouvoir politique. « On vide les mots de leurs sens et on rend par là même impossible toute discussion, c’est-à-dire toute vie démocratique », dit-il. Devant un tel phénomène, quel rôle peut jouer la littérature ? Comment réconcilier l’expression et les faits ? Est-ce seulement possible ?

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal