D’Adorno à Rihanna, la musique pop est une utopie fragile

Par

Enseignant l’esthétique et la philosophie le jour, et pratiquant les scènes musicales la nuit, Agnès Gayraud était sans doute la mieux placée pour réussir le tour de force d’une philosophie de la pop qui ne soit pas seulement de la « pop philosophie ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est rare qu’un livre parvienne à mener de front ambition théorique et sensibilité artistique. C’est pourtant ce que réussit Agnès Gayraud avec Dialectique de la pop (La Découverte). À la fois enseignante d’esthétique, agrégée de philosophie et musicienne, auteure-compositrice – sous le nom de La Féline – mais aussi critique musicale, Agnès Gayraud livre un ouvrage dense, capable de séduire aussi bien les adeptes des cultural ou sound studies, les amoureux de la théorie que les fans de la musique pop, dont elle fait indéniablement partie.