Tao Lin, american spleen

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors de la première traduction française d'un roman de Tao Lin, Richard Yates (2012), la question ne pouvait être éludée : ce jeune auteur faisait irruption sur la scène littéraire précédé d’une étiquette très marketée – « écrivain de la génération Internet », « Kafka de la génération iphone », « révélation hipster » – et l’on pouvait se demander s’il ne serait que cela : un phénomène, météore et feu de paille, auteur d’un livre saisissant sur son époque. Certes, mais qu’allait-il devenir ?