68, année érotique

Par

Mai 68 est au centre de deux romans de cette rentrée d'hiver : Une fille de Juliette Kahane et Un an après d'Anne Wiazemsky. Toutes deux racontent l'effervescence de ces journées, la parole qui s'élève, les corps qui exultent, mais aussi un mouvement de libération plus intime. Lecture et extraits des romans en fin d'article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nous venions d’emménager dans un appartement quelques semaines auparavant, au 17 de la rue Saint-Jacques, dans le Ve arrondissement. » L’appartement est « idéalement situé, près de la Sorbonne, du boulevard Saint-Michel et de la Seine », offrant une vue panoramique sur tout le quartier à Anne Wiazemsky et son compagnon, Jean-Luc Godard. La jeune femme en avait assez de la proximité de leur ancien appartement avec l’Élysée et la place Beauvau, sous protection policière permanente. Mai 68 éclate quelques jours après le déménagement du couple, les policiers sont à tous les carrefours, les identités contrôlées, les manifestants lourdement chargés et arrêtés. «  Et c’est toi qui voulais habiter le quartier Latin parce que tu en avais marre de la proximité avec (…) tous ces flics ? demanda Jean-Luc. »