Au palais Garnier: Caïn, Abel et nous

Par

Voici qu’Il Primo Omicidio, oratorio d’Alessandro Scarlatti, trois siècles après sa création à Venise, s’impose au palais Garnier, dans une mise en scène de Romeo Castellucci et sous la baguette de René Jacobs. Une résurrection plus qu’éclairante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jamais une momie ne s’est aussi bien portée, sous ses bandelettes désormais ôtées. Créé en 1707 à Venise, exhumé en 1968 par le musicologue Lino Bianchi, enregistré en 1998 pour Harmonia Mundi par René Jacobs, l’oratorio d’Alessandro Scarlatti (1660-1725), Il Primo Omicidio, est donné pour la première fois à l’Opéra national de Paris, institution créée en 1669 et qui fête donc cette année son 350e anniversaire.