Claude Mouchard: «Par le poème, il y a des événements qui ne cessent plus d’arriver»

Par

La violence globale de l’Histoire a été à ce point intériorisée par tous qu’il revient à la poésie du monde entier de mêler sa voix aux récits qui en sont faits. Intempestive, itinérante, c’est une singulière narration de l’Histoire, des histoires, que donne à entendre cette « voix des événements » du poème. C’est ce que nous nous proposons d’explorer dans cette série, et tout d’abord par cet entretien avec Claude Mouchard de la revue Po&sie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au temps de la grande alliance romantique de l’homme et de l’univers, Victor Hugo n’avait pas manqué de distinguer la « voix des événements » comme une des sources, avec celles de l’homme et de la nature, des « voix intérieures » qui devaient habiter le poète. Étendue au monde entier, globalisée au XXe siècle, la violence de l’Histoire a été à ce point intériorisée par tous qu’il revient aussi, en un mouvement de bascule vertigineux, à l’orée du XXIe siècle, à la poésie de mêler sa voix aux récits qui en sont faits. Et ce, principalement parce que le legs moderne en tragédies humaines a été tel qu’il a en partie effacé cette figure positive de la force agissante que l’on a longtemps voulu privilégier dans l’Histoire. Désormais, c’est d’une multitude de situations humaines, parfois dramatiques, d’autres mondes que parvient une tout autre relation par le poème des événements, et dont il nous revient de rassembler les voix éparses, car le chœur qu’elles forment raconte forcément, lui découvrant de nouveaux horizons, notre histoire au temps présent.