« Montecristo » : Suter fait sauter la banque

Un thriller dans la forme, un défi à la loi des probabilités (et à la loi tout court mais c’est plus fréquent). Noël à Zurich et Pâques au cimetière : remarquablement informé, Montecristo démonte un système financier, interroge le courage et les lâchetés d’aujourd’hui. Mais Martin Suter jure qu’il ne fait que raconter des histoires.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Si vous voulez affliger Martin Suter, vous lui posez une question du genre : finalement, votre livre, c’est le stade ultime du capitalisme décrit par Karl Marx ? Exquise courtoisie zurichoise, mais quand même : l’écrivain rappelle qu’il écrit des histoires et cherche le mot. Il n’est pas… un dynamiteur ? On est tentée de lui répondre que c’est justement pour cela que son livre, Montecristo, qui a atteint les centaines de milliers d’exemplaires vendus en quelques semaines en Suisse et Allemagne, est si efficace.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal