Boris Tellegen, du graffiti dans la sculpture

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 02/11/2012 14:22
  • Par

Superbe!

 

Merci.

Il me donne le sentiment d'etre un peu pris dans un systeme .

La musique ; hildegard von bingen a ete remplacee par de la house , lui il a un peu de mal ou pas forcemment envie d' exprimer ce qui le meut .." Cet itw il faut le faire mec c'est" good for you" raconte ce qui te passe par la tete

 

 

De quel système parlez-vous ? 

Je ne peux m'empecher de faire le rapprochement avec le film dans la maison ou F Luchini a un echange plutot virulent avec sa femme galieriste . Cet echange porte sur le theme de l exposition et le contenu du catalogue. En ce qui concerne l article et l artiste , pour commencer en ce qui concerne l article j ai toujours ete , comment dire , je me suis toujours pose la question de la reaction des artistes qui lisent ce qui a ete ecrit sur leur travail:"mais ou vont ils chercher ca ? ".

Le travail de l artiste concerne celui qui regarde l oeuvre ,  passages de l un a l autre . il m arrive de passer dans des galeries parisiennes ou je sors un peu estomaque par ce qui est expose et la suffisance du galieriste qui toise le bonhomme avec distance , 'c est qui ce plouc?'.

Je me suis arrete il y peu de temps dans une galerie rue de seine ou il y a une tres belle exposition , je suis passe sous l oeil indifferent de la personne de permanence et lui ai dit : " c est bien ce doublage du tableau par une plaque de verre " reponse ce n'est pas du verre c'est du plexiglass " je persiste: "le travail sur la toile double de plexigas peint est aussi interessant" :' ce n'est pas de la toile' c est du bois"

Bien et elle coute combien cette belle oeuvre? 120 000 euros ..

merci j ai bon gout

Quel rapport avec Boris Tellegen? 

  • Nouveau
  • 03/11/2012 14:32
  • Par

Mais pourquoi y a-t-il si peu de mediapartien et de martien pour venir exprimer un ressenti, ou même un rejet des oeuvres ici présentées. Tout est bien venu pour démocratiser l'art. Encore faut-il venir débattre, dialoguer démocratiquement.

C'est pareil pour la musique sur médiapart, ne semble intéresser que deux médiarpartiens et un martien. Pour les arts visuels, deux martiens et un médiapartien et pour la littérature, ils sont plus nombreux et il y a des Solariens bien évidemment en plus..

Pourquoi ce manque de dialogue, parce que nous ne devrions pas dialoguer avec l'imaginaire! N'y aurait-il qu'un dialogue avec le réel. Pourtant ce réel après un certain recul, nous nous apercevons le plus souvent qu'il n'était lui même qu'une image instrumentalisée, une image de l'actualité, un artefact.

Justement c'est grâce au dialogue avec l'imaginaire et notre capacité à l'apprivoiser, que nous pouvons alors mieux percevoir et peser le réel.

La pratique d'un artiste visuel commence par l'observation du réel, l'étude du réel, créer l'image d'un réel, et connaitre alors ce moment de rencontre, magique entre réel et l'imaginaire, voyager dans l'un et dans l'autre comme un jardinier dans ses jardins, concept et forme, abstrait et portait.

Pas de dialogue avec le réel et avec l'imaginaire et entre eux, c'est alors la confusion des deux.

Sans l'Art nous sommes ni mort, ni vivant, nous n'en avons pas conscience. Il n' y a pas que la science qui est conscience., l'Art aussi...

Et puis c'est chouette les arts ...!

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Bonjour, oui en effet le "normal" peut faire peur dans le sens où il se limite à la pensée.  C'est ce qu'affirme en tout cas Boris Tellegen dans son interview en précisant qu"il faut laisser une place à l'aléatoire. L'imagination, la prise de risque, le lacher prise, l'aléatoire sont autant de formes à explorer.

Bonjour !

Il y a aussi les " pseudo aléatoire "  et  les fourmis artististiques  çà me

rend dingue !

Ce qui est super avec Hugo Vitrani c'est que l'on peut rentrer avec lui et  sans effraction dans les ateliers des artistes et les faire parler  les écouter !

Et les voir travailler  les observer  se repasser les vidéos !

C'est toujours  ... trop court   par les temps qui courent   et hop  !

Et Agnès Varda  ...  je suis rentrée par effraction sur un billet où on 

parlait de " son cinéma " !  Je l'ai aperçue à la Fiac et je l'ai observée de loin  

Elle a pas l'air commode  ni abordable  !  J'ai une anecdote à raconter avec 

elle ... mais bon , c'est hors - sujet !  

Je vais peut-être retourner au squat   un non - lieu  un terrain vague  où

tout peut dérailler d'un instant à l'autre  ou disparaître 

...  sur le quai des gares !  

Il va peut-être se passer quelque chose    on a 5 ans devant nous   

peut-être  ...   pour l'imagination , la prise de risque  l'aléatoire  ou  le 

chaos !

 

 

 

"Mais pourquoi y a-t-il si peu de mediapartien et de martien pour venir exprimer un ressenti, ou même un rejet des oeuvres ici présentées."

"C'est pareil pour la musique sur médiapart, ne semble intéresser que deux médiarpartiens et un martien. "

@ sinoué

Il y en a peut-être qui, comme moi, lisent, admirent, écoutent, suivent, ressentent,... mais ne commentent pas forcément ? Clin d'œil

@ Hugo

Merci, HV, de cette nouvelle découverte...

Tu as raison, j'ai oublié de dire Merci ! à Hugo Vitrano pour son billet.

Tu fais comme tu veux !

Mais je pense que Hugo Vitrani est quelqu'un de sensible et qu'il sait lire entre 

les lignes !

Bonne soirée 

Le lien vers la galerie Backslash ne fonctionne pas...

Leur site est effectivement inaccessible depuis ce matin: un simple bug sans doute en cours de réparation... 

Afficher DSCN3549.JPG dans le diaporamaUn moment d'émotion à Toronto en mars 2012 , en passant par hasard dans cette impasse . J'ai trouvé cela très beau

Je me trompe peut-être, mais le travail de cet artiste me rappelle un peu le travail de Felix Roulin, avec des formes (figuratives pour Roulin, abstraites pour Tellegen) enchassées dans un matériau (bois, platre, etc  et pour Roulin acier , bronze . )73-19a.jpg

Ipousteguy.jpg

Ipoustéguy

Felix Roulin, je ne connaissais pas ce sculpteur, ferait plutôt penser à Ipoustéguy, car il gère un espace à 360 degrés, kinesthésique.

 

Tellengen digère plutôt un espace de 180 degrés issu d'une surface organisée

.

Même la manière de composer de Boris Tellengen est plus celle d'un peintre ou d'un graveur, évoluant dans le monde fabuleux de l'espace d'une porte ou d'une fénêtre. Mais il est tellement dans un jeu exacerbé de tension dynamique extrême qu'elles ont fini par sortir de la surface, par sortir du visuel, par passer par la fenêtre et devenir kinesthésique.

 

C'est ce passage entre l'organisation des surfaces géométriques et leur passage en volume géométrique, devenu kinesthésique, conséquence d'une tension intérieure exacerbée qui sort de son cadre, qui est passionnant et impressionnant. 

En plus, n'ayons pas peur de le dire, c'est beau( Et ce terme à du sens)!

  • Nouveau
  • 05/11/2012 17:21
  • Par

Aussi frontal que le Steve Irwin et aussi beau que le Merzbau. De l'espace à voir à l'espace à vivre...

Partage.

TyHV

,°)


Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Cliquer sur l'onglet Prolonger pour avoir plus d'informations sur Boris Tellegen et ses expositions à Paris et Prague en passant par la Biennale du Havre.