«Habiter en oiseau»: nouveaux territoires, nouveaux récits

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les récits sont des affaires de territoires, ou plutôt de changement de territoires : a fortiori la littérature. La « déterritorialisation » dont parlent Deleuze et Guattari lorsqu’ils se penchent sur le cas Kafka permet tout aussi bien de comprendre ce que fabrique un bourgeois parisien qui s’identifie à une écervelée de province (le fameux « Madame Bovary, c’est moi » attribué à Flaubert) ou la fascination qu’exerce sur un lecteur le premier chapitre du roman de Faulkner Le Bruit et la fureur : on se retrouve plongé dans la tête de Benjy, l’attardé mental, et assez vite on s’y trouve bien, presque comme chez soi – très loin de chez soi pourtant. La force de ces récits tient à la façon dont ils nous déplacent.