Le réveil du «sarko-berlusconisme»

Par

Nicolas Sarkozy tente, à la manière de Silvio Berlusconi, de se poser en victime de juges illégitimes, terrorisants, cruels et iniques. La magistrature serait obsédée par la paille dans l'œil du pouvoir politique. La fable est ainsi servie, sur un plateau télé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le chercheur Pierre Musso avait isolé, dès 2008, le “sarkoberlusconisme”, un « modèle politique néolibéral euro-méditerranéen » exaltant l’entreprise et ne jurant que par les managers.