Avec «BW», Lydie Salvayre signe un roman comme un geste amoureux

Par
Lydie Salvayre n'a pas choisi d'écrire BW, elle fut requise par la situation dans laquelle se trouva son compagnon, un éditeur connu et reconnu, brutalement privé de l'usage de ses yeux qui, du même coup, commença à lui raconter les secrets de ses quinze vies. Entretien vidéo, extrait et lecture audio par l'auteure.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

BW aura deux lectorats. Le premier, large, ne sera pas très différent de celui déjà conséquent des romans précédents de Lydie Salvayre (La Puissance des mouches, La Compagnie des spectres). Le second, nettement restreint, comprendra aussi et même davantage de lecteurs des autres livres de la romancière, à la différence près que ceux-ci, libraires, éditeurs, auteurs pour la plupart, sauront qui est BW. Lorsqu'on se trouve dans ce second lectorat, ce qui est mon cas, impossible de savoir comment ceux du premier recevront exactement ce livre – ni mieux ni moins bien sans doute mais radicalement autrement.