Octobre 17. Raïssa Bloch, de la Maison des arts de Pétrograd au camp d'Auschwitz

Par Agnès Graceffa

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le vent par hasard m’apporta
Ces quelques mots futiles et doux :
Jardin d’été, Fontanka, Neva
Ô mots lointains, où allez-vous ?
[1] »