Adonis, la poésie arabe qui secoue mondes et religions

Par

On le dit “nobélisable”, il s’en soucie comme d’une guigne. C’est le plus éminent poète vivant de langue arabe. Entretien avec une conscience frondeuse, qui récuse tout tyran clanique comme toute dictature religieuse. Pour prôner une modernité fondée sur l'ouverture à autrui, le métissage égalitaire et les identités créatrices...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On le dit “nobélisable” : il a la sagesse de s’en soucier comme d’une guigne. C’est le plus éminent poète vivant de langue arabe. Il vit en banlieue parisienne : la France l’ignore dans les grandes largeurs. Il est né le 1er janvier 1930 à Al-Qassabin (القصابين), village syrien des rivages de la Méditerranée. Il se nomme Ali Ahmad Saïd Esber (علي أحمد سعيد إسبر) et a pris pour nom de plume Adonis (أدونيس), l’amant phénicien d’Aphrodite, dont le sang donna l’anémone après qu’il eut été tué par un sanglier.