Suzanne Citron: «Comment défendre les mythes nationaux avec l'outillage mental du XXIe siècle?»

Par

Auteur du Mythe national (Ed. de l'Atelier), Suzanne Citron récuse l'histoire reçue et dispensée tel un catéchisme proprement français, à l'heure de la construction européenne, de la mondialisation, du brassage et du multiculturalisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Née en 1922, petite-fille d'un général (Paul Grumbach) et d'un haut magistrat (Eugène Dreyfus) qui prononça la peine capitale à l'encontre de l'assassin du président Paul Doumer en 1932, Suzanne Citron évoque volontiers son «patriotisme de française israélite» ayant grandi dans le mythe de la Grande Guerre. Arrêtée à Lyon en juin 1944, internée à Drancy jusqu'à la libération du camp, elle passe l'agrégation d'histoire, enseigne au lycée d'Enghien notamment et connaît une «déchirure définitive» en 1956, pendant la guerre d'Algérie, alors que la République soumet, torture, exécute.