«L’Alphabet des oubliés» du poète Patrick Laupin

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce serait s’en déprendre par avance que de prétendre pouvoir se représenter une société tout entière, mais on peut faire de ses explorations autour de soi, plus encore qu’une nécessité de vie partagée, le siège même de ce qui fonde les attentes les plus secrètes. Instituteur de formation, le poète Patrick Laupin s’est ainsi tout d’abord appliqué à recueillir la parole des mineurs cévenols de son enfance : cette parole du fond, il fallait la faire vibrer à la surface de l’humain, et rendre audible sa réalité terrestre.