«La Cravate»: subtil portrait d’un «petit soldat de l’extrême droite»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bastien Régnier a vingt ans quand la caméra de Mathias Théry et Étienne Chaillou commence à le suivre. Nous sommes en 2017 dans la Somme et la France est alors en proie à la « fièvre électorale qui saisit le pays tous les cinq ans », comme l’explique la voix off de La Cravate, très subtil portrait d’un « petit soldat de l’extrême droite ».