Jamaïque 1968-1981. Le reggae prend «racines»

Par
Près de six ans après son indépendance, la Jamaïque s'enfonce peu à peu dans la pauvreté et la violence. Le reggae dénonce Babylone, symbole d'un mode de vie occidental qui éloigne le peuple de ses «racines» («roots»), et gagne ainsi en épaisseur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Résumé de l’épisode précédent : la musique jamaïcaine prend son autonomie dans les années 1950 (avant même l’indépendance de l’île en 1962) avec le mento. Puis arrive le ska, suivi par le rocksteady. Dans le même temps, une véritable culture du sound system voit le jour. En ces temps des Trente Glorieuses, la Jamaïque semble vouée à suivre la voie occidentale. Mais les premiers troubles voient le jour dans les années 1960.