Le féminisme matérialiste, avec et contre Marx

En s’inspirant de Marx mais en prenant des libertés avec son appareil théorique, des féministes ont mis en évidence un rapport social de sexe, irréductible à la domination du capital. Séparant et hiérarchisant hommes et femmes, il n’est cependant pas figé et fonctionne toujours en « imbrication » avec d’autres rapports sociaux. Troisième volet de notre série d’été sur Marx.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’an dernier, la notion de « charge mentale » a fait l’objet d’une popularisation inédite, notamment grâce à un strip numérique de la dessinatrice Emma. Si elle exprime particulièrement bien une contrainte invisible – celle d’avoir toujours en tête, plus que les conjoints, la nature et l’organisation des tâches domestiques et familiales à accomplir –, l’expression n’est pas nouvelle. Elle aurait été forgée au cours des années 1980 dans le milieu de la recherche consacrée aux conditions de travail. Sans que la notion soit employée telle quelle, on peut cependant faire remonter à une décennie plus tôt l’évocation de ce qu’elle recouvre.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal