Christa Wolf, Eugen Ruge: des murs et des anges

Par

Dernier livre de la célèbre romancière est-allemande, Villa des anges est un concentré de vie, de réflexion, de résistance, sur fond de séjour américain. Première œuvre d’Eugen Ruge, Quand la lumière décline est une saga familiale en noir, gris et rouge, revisitant trois générations d’Est-Allemands, de 1952 à 2001. Où la réunification n’est pas synonyme de bonheur. Extraits des deux romans en fin d’article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Y a-t-il un monde, une époque où j'aurais ma place ? Personne, ici, à qui le demander. » La phrase figurait à la fin de Médée, long poème en prose de Christa Wolf  publié en 1997. Quelle place, dans quel monde, la question traverse son livre ultime, Ville des anges, qui paraît en France presque un an après sa mort, œuvre déchirante et gaie, composite et formidablement cohérente, œuvre amie. Journal de bord intime et politique, ce qui pour elle ne fut jamais dissocié (l’intime, dans son œuvre, exprimant au besoin le politique face à la censure). Magistrale leçon de vie, d’indulgence et exigence, entamée au début des années 1990, revue jusqu’en 2010. C’est un testament, et comme tous les testaments : en prise sur l’avenir.