«Une république lumineuse» brise le mythe de l’innocence enfantine

Par Melina Balcázar (En attendant Nadeau)
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Le mythe avait déjà été brisé, vers 1950, par William Golding (Sa Majesté des mouches) et peut-être, auparavant, par quelques autres... parmi lesquels Augustin d'Hippone !

N’oublions pas non plus le très beau livre de Tony Duvert L’Ile Atlantique 

 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Cet article fait partie du prochain numéro de la revue numérique En attendant Nadeau. Sa publication sur Mediapart se fait dans le cadre d’un partenariat entre nos deux journaux, qui ont la particularité, l’un et l’autre, d’être indépendants. L’équipe d’En attendant Nadeau publie donc régulièrement sur Mediapart un article de son choix.

Retrouvez ici la présentation détaillée de cette collaboration par François Bonnet (Mediapart) et Jean Lacoste (En attendant Nadeau). Et retrouvez ici les différentes contributions d’En attendant Nadeau sur Mediapart.