Josef von Sternberg restauré: retour à «Anatahan»

Par

Longtemps invisible, le dernier chef-d’œuvre de Josef von Sternberg ressort enfin en version restaurée. Anatahan raconte l’histoire du monde sur une petite île du Pacifique où des soldats japonais s'entretuent pour une femme fatale. Il faut s’y ruer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1951, un fait divers secoue le Japon. Six ans après la fin de la guerre, un groupe de soldats accepte enfin de quitter la minuscule île de l'archipel des Mariannes où il avait trouvé refuge pour rentrer au bercail. Le cas n'est pas rare : on appelle stragglers ces récalcitrants qui, refusant de reconnaître la capitulation, ont choisi l'exil prolongé. Mais en l'occurrence, il y a un petit plus : ces soldats qui étaient une vingtaine en 1945 ne sont plus que quinze à leur retour. Deux ou trois sont morts de maladie. Quant aux autres, c'est en s'entretuant pour la possession d'une femme, la seule de l'île, qu'ils ont péri !