Dieudonné ou la haine antisémite toujours recommencée

Par

Chez Dieudonné, le décor est posé depuis belle lurette : le barouf du prétendu “comique” en l'honneur du révisionniste Faurisson au Zénith (décembre 2008) ; l'affiche de la liste dite “antisioniste” présentée en île-de-France aux élections européennes (juin 2009). C'est à chaque fois le reflet ténébreux d'une aversion fatale : celui qui la ressent l'attribue à ceux qu'elle vise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.