Détecter et abjurer la langue du marché

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Confucius affirmait qu’il s’empresserait en premier lieu, si le gouvernement lui était confié, de « rectifier les noms ». Vingt-cinq siècles plus tard, alors que la crise affecte et dévoie la langue, il est temps de rétablir les mots pour ce qu’ils veulent dire. Et non pour ce que le marché leur fait signifier.