Les «mauvaises filles» de l’après-guerre, symboles d’une justice genrée

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le livre Vagabondes, voleuses, vicieuses. Adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle, l’historienne Véronique Blanchard fait revivre les mots des jeunes filles de l’après-guerre placées sous main de justice. Elle-même ancienne éducatrice à la protection judiciaire de la jeunesse, l’autrice a épluché pour sa thèse 460 dossiers des archives du tribunal de l'ancien département de la Seine, à l’époque le plus important de France.