Dommages collatéraux

Par

Trois romans étrangers prennent l'Histoire – la guerre en Irak (J’ai vu un homme d’Owen Sheers), en Afghanistan (Une Antigone à Kandahar de Joydeep Roy-Bhattacharya) ou les émeutes de Los Angeles (Six Jours de Ryan Gattis) – par le versant de l'intime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le roman aime les fresques, les tempêtes de l’Histoire, pour saisir dans une même ampleur destinées individuelles et destins collectifs. J’ai vu un homme d’Owen Sheers, Une Antigone à Kandahar de Joydeep Roy-Bhattacharya et Six Jours de Ryan Gattis inversent la focale : dire l’Histoire depuis l’intime. Rien de commun entre leurs sujets – la guerre en Irak ou en Afghanistan, les émeutes de Los Angeles en 1992. Ce qui les lie, c’est une manière : raconter l’Histoire à partir de ses conséquences privées. Modifier la perception que les chaînes d'information en continu nous donnent des événements, et par ces récits, affirmer une permanence de la violence dans l'Histoire.