L’intégrale Jacques Demy, «entre clean et ordure»

Par
C'est un des événements cinéma de la fin d'année: la sortie de l'intégrale Jacques Demy en DVD. L'occasion de constater que les contes amers du cinéaste, mort en 1990, ont bien vieilli. Passage en revue d'une œuvre plus politique qu'il n'y paraît, où l'odeur de mort n'est jamais très loin, avec des extraits vidéo de Lola (1960) et Model Shop (1968). [photo © A.Varda]

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est arrivé deux malheurs à Jacques Demy. Le premier, c'est d'avoir commencé par un chef-d'œuvre absolu, Lola. Le genre de truc incroyable que l'on ne fait qu'une fois dans sa vie. L'autre, c'est de se retrouver à jamais catalogué comme un cinéaste gentil, propre sur lui, facile à exporter sur les écrans du monde entier.