« Les endormeurs », voyage en psychanalyse

Par

L’expérience fut tentée par un hôpital néerlandais : un regard d’écrivain sur un service. Lorsque cet écrivain est aussi psychanalyste, et s’appelle Anna Enquist, cela donne un roman sombre et décapant, complexe, où les abandonnés abandonnent à leur tour. Rencontre à Amsterdam et extrait en fin d'article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Mon livre ? En premier tirage, vous voulez dire ? 50 000 exemplaires, je crois. » Anna Enquist vous dit ça avec une gaieté à la Droopy. Elle vient tout juste de mettre le point final à un nouveau livre, et débarque, gracile, gracieuse, et essorée.