Bourde à l'agrégation d'histoire, la suite

Par
Catherine Vincent, professeur à l'Université de Nanterre et démissionnaire du jury d'agrégation d'histoire le 30 mai 2011 pour avoir donné à l'épreuve de commentaire un pastiche de document médiéval, a été élue présidente de la Société d'histoire religieuse de la France.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Les étudiants agrégatifs et les enseignants-chercheurs en histoire sont heureux de vous annoncer que Catherine Vincent, professeur à l'Université de Nanterre et démissionnaire du jury d'agrégation d'histoire le 30 mai 2011 pour avoir donné à l'épreuve de commentaire un pastiche de document médiéval présenté comme authentique, a été triomphalement élue présidente de la Société d'histoire religieuse de la France par le Conseil d'administration le 31 mai.

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, cette éminente spécialiste était promue le lendemain 1er juin, pour 5 ans, à l'Institut universitaire de France, qui récompense les «meilleurs» chercheurs en les déchargeant des deux tiers de leurs horaires d'enseignement et en leur accordant d'importants crédits de recherche (cf.http://iuf.amue.fr/2011/06/01/resultats-de-la-campagne-de-selection-2011/). L'irresponsabilité reste une tradition bien enracinée au sommet de la hiérarchie universitaire...

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale