Mais il est bien court, le temps des socialismes en Afrique

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D'aucuns verront de la provocation ou de l’inconscience à examiner ainsi ce qui ressemble à un double angle mort français : le socialisme et l’Afrique. Vous n’y pensez pas ! Mais si. Comment appréhender ce spectre qui a hanté, voilà un demi-siècle, au lendemain des indépendances, le continent subsaharien ? Modibo Keïta (1915-1977), président du Mali entre 1960 et 1968, pouvait ainsi déclarer, en 1964 : « Le socialisme, qu’on le veuille ou non, quelles que soient les nuances, selon les réalités des pays, selon les tempéraments des peuples, c’est la meilleure expression de l’humanisme et de la fraternité des hommes. »