L.A. 1986: le brasier des livres

Par Liliane Kerjan (En attendant Nadeau)

Tout à la fois enquête et témoignage, L.A. Bibliothèque retrace l’histoire du grand incendie de Los Angeles qui, le 29 avril 1986, a embrasé plus d’un demi-million de livres. À partir de sources multiples, la journaliste Susan Orlean recrée l’ambiance d’une grande caverne publique avec son cheminement tout foisonnant de vies et de mémoires pour faire parler les cendres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tout commence par une immense ironie dramatique : simultanément se déclenchent la catastrophe de Tchernobyl, ressentie à l’échelle de la planète, et un drame du feu dans la Cité des Anges, un incendie qui ne va susciter qu’une couverture médiatique très limitée : c’est la survie du monde global, un accident nucléaire, face au crépitement d’un pâté de maisons de 1926, sept étages à l’angle de la 5Rue et de Flower Street. Une bibliothèque publique, couleur fauve, élevée comme une proclamation, avec ses bas-reliefs aux visages de Virgile, de Léonard de Vinci et de Platon, des volutes, des mosaïques, des inscriptions anglaises et latines, un lustre représentant le globe terrestre, une rotonde qui abrite l’imposante statue en marbre de la civilisation. Cette bibliothèque centrale s’érige en un geste, brandie comme une torche portée par une main de bronze.