Le procès fait au béton armé

Deux ans après l’effondrement du pont de Gênes, le philosophe marxiste Anselm Jappe livre un réquisitoire contre le béton armé, matériau nocif qui concrétise à ses yeux l’abstraction du capitalisme.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Anselm Jappe s’est lancé dans l’écriture de son nouvel essai après l’effondrement en août 2018 du pont de Gênes. Si l’enquête judiciaire en Italie s’est centrée sur les négligences d’Aspi, une société qui gère la moitié des autoroutes du pays, le philosophe marxiste, spécialiste de Guy Debord, propose une lecture différente de la catastrophe : il y voit le signe de « l’obsolescence programmée » de ce pont en béton armé, inauguré en 1967.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal