Culture

L’affaire Gouguenheim ou comment on réécrit (mal) l’histoire

Depuis quelques semaines, le livre d'un médiéviste jusque-là réputé suscite un énorme scandale dans la communauté scientifique. Dans cet essai très idéologique, Sylvain Gouguenheim affirme que « l'Europe chrétienne » n'a pas eu besoin du monde musulman pour lire les Grecs. Et qu'en gros, nous ne devons rien ou presque aux Arabes. Comment un tel livre, immédiatement discrédité par l'ensemble des pairs de l'auteur, a-t-il pu être publié par une maison aussi sérieuse que Le Seuil ?

Sylvain Bourmeau

8 mai 2008 à 08h54

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

« Il en a de la chance ce Monsieur Gouguenheim : il sait comment faire parler de son travail dans les journaux lui ! » Mohammed Arkoun est amer. Au côté d'Alain de Libera, son ami et collègue historien de la philosophie, il fait partie des premières cibles d'Aristote au Mont-Saint-Michel, ce livre de Sylvain Gouguenheim, récemment publié au Seuil, et qui est à l'origine d'un rare tollé dans la communauté scientifique – au point que l'affaire a motivé la création par la direction de l'Ecole normale supérieure Lettres sciences humaines, où il est professeur, d'un comité d'experts chargé d'évaluer le livre et d'étudier les réactions qu'il a suscitées.
Dans ce qui se présente comme un essai, le médiéviste Gouguenheim entend contester les nombreuses recherches historiques qui, depuis des années, ont montré le rôle déterminant des « Arabes » dans la formation de l'identité culturelle de l'Europe. La simple lecture de la dernière phrase de la quatrième de couverture permet de saisir tout l'enjeu historiographique et, au-delà, politique du livre : « Si le terme de "racines" a un sens pour les civilisations, les racines du monde européen sont donc grecques, celles du monde islamique ne le sont pas. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Médias — Enquête
Vincent Bolloré lorgne « Le Figaro »
Après avoir conquis Canal+, CNews, Europe 1, « Paris Match » ou encore « Le Journal du dimanche », Vincent Bolloré a engagé, d’après nos informations, des négociations pour prendre le contrôle du « Figaro ». Au risque de relancer les polémiques sur la concentration des médias au profit des puissances d’argent.
par Laurent Mauduit
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Dossier. Violences sexuelles : la justice en question — Enquête
Le Conseil d’État secoué par plusieurs affaires de violences sexuelles
L’institution a été confrontée à un magistrat accusé de propos et gestes déplacés. Elle doit se défendre d’avoir manqué à ses obligations d’employeur dans un autre cas, et promet un vaste plan de formation.
par Lénaïg Bredoux
Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français — Entretien
Nouvelle-Calédonie : « Une volonté de l’État de pousser à la violence »
Alors que l’État vient de confirmer la date du 12 décembre pour la tenue du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dont les indépendantistes avaient demandé le report en raison de la situation sanitaire, entretien avec Laurie Humuni, membre du bureau politique du FLNKS.
par Joseph Confavreux

Nos émissions