«Morts par la France», récit du massacre de Thiaroye en bande dessinée

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Armelle Mabon a vu le cours de sa vie renversé par un poème : « Tyaroye », tiré du recueil Hosties noires de l’illustre poète de la négritude Léopold Sédar Senghor. L’écrivain et homme politique a, le premier, ressuscité la mémoire et la dignité de ses frères tirailleurs africains, fusillés par l'armée française le 1er décembre 1944 dans le camp militaire de Thiaroye, dans la banlieue de Dakar (Sénégal), alors capitale de l’Afrique-Occidentale française (AOF).