«Under The Silver Lake», voyage initiatique dans une cité des anges labyrinthique

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Devant un film aussi profus qu’Under the Silver Lake, en salles ce mercredi 8 août, il est logique de vouloir isoler quelques scènes pouvant servir de points de repère. J’en évoquerai deux. Plus une. Lorsque Sam – 33 ans, sans emploi – rend nuitamment visite à un ami qui vit sur une des collines qui dominent Los Angeles, celui-ci lui fait une démonstration du drone qu’il a acquis et dont la caméra lui permet de pénétrer l’intimité d'inconnus. Le jeune homme a découvert une superbe blonde qui rentre chez elle précisément à l’instant où il stabilise l’appareil devant la fenêtre de son appartement. Démarre alors un strip-tease qu’interrompent, sans alerte ni motif apparent, les pleurs de la jeune femme. Silence quelque peu contrit des deux compères, qui préfèrent s’abstenir de tout commentaire.