Jonathan Galassi, quand la Muse s'amuse

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ida Perkins a secoué et scandalisé le monde dès ses premiers poèmes, alors qu’elle était encore étudiante à Bryn Mawr. Elle a connu, côtoyé, aimé, fasciné, une sorte de gotha international de la littérature du XXe, Pound, Eliot, Morante, Hemingway, Sylvia Plath, Kerouac, Ginsberg, Cheever, Styron, Bachmann, Carson McCullers, Susan Sontag et tant d’autres. Elle était peut-être à Woodstock. Elle est apparue en une d’Interview, de Rolling Stone ou de Tel Quel. Oprah Winfrey a lu ses poèmes à la Maison Blanche, « elle fit des femmes et des hommes du commun des fous de poésie, et à sa mort, les démonstrations de chagrin d’un bout à l’autre du pays furent telles que le président Obama décida que le jour de sa mort, qui était aussi celui de son anniversaire, serait un jour férié ».