Le devoir de mémoire: une quête devenue dette, puis partage

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’histoire court plus vite que son ombre, comme en témoigne l’expression « devoir de mémoire » que Sébastien Ledoux suit à la trace. Son étude est conçue tels des capteurs en chaîne dans le champ linguistique, philosophique, ethnographique, politique, universitaire, associatif et militant. Voilà un quart de siècle, en seulement trois ans, le « devoir de mémoire » est passé du statut d’horizon inatteignable à celui de pont aux ânes.