Quais du polar : 1. – Autopsie des crises ?

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un endroit rigolo, Quais du polar, devenu en huit ans le plus important festival du genre en France. Un lieu où, dans le Palais du commerce, les auteurs signent sous des plafonds rendant un vibrant hommage au négoce, veillés par des cariatides dénudées. Un lieu où, juché sur une estrade installée dans la chapelle de la Trinité, une star du polar disserte sur la meilleure façon d’occire son prochain, avec sages auditeurs sur chaises de paille. Où un couple s’engueule, il s’est inscrit pour la visite de l’Ecole supérieure de police, elle veut Crimes et faits divers, visite guidée du Lyon des affaires criminelles. Ici, on mélange les genres. Et le mauvais genre est intéressant.