Après l'affaire Snowden, l'anonymat sur internet en question

Les révélations du whistleblower ont mis en lumière une surveillance générale du net mais également une série d'outils permettant d'y retrouver un peu de confidentialité. Même si certains formats populaires, comme HTTPS ou SSL, pourraient eux-mêmes être corrompus...

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Révélations après révélations, les documents livrés par Edward Snowden, les moyens déployés par les agences de renseignement, et leurs avancées en matière de cybersurveillance, dépeignent un tableau de plus en plus sombre de l'état de la protection de notre vie privée sur internet. Dans un premier temps, l'ex-employé de la NSA a révélé l'existence d'un système d'espionnage mondial baptisé PRISM déjà particulièrement inquiétant.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal