Mostra de Venise: l’éblouissant film de fesses d’Abdellatif Kechiche

Par

En cette fin de festival, étaient présentés “Les Anges habillés de blanc”, premier film sensible de la réalisatrice chinoise Vivian Qu, et “Mektoub, my love”, d’Abdellatif Kechiche, tout simplement ébouriffant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On approche de la fin à la Mostra de Venise. Et la compétition redémarre sur les chapeaux de roue. En prélude, on a eu droit à Les Anges habillés de blanc, premier film sensible de Vivian Qu, une réalisatrice chinoise. De jeunes pré-adolescentes ont été agressées et, sans doute, violées dans une chambre d’hôtel par un patron ivre mort. Une avocate se bat pour faire éclater la vérité mais tout le monde cherche à étouffer l’affaire. Une jeune hôtesse à l’accueil sait des choses mais les tait pour le moment, étant elle-même dans une situation difficile – elle n’a pas de papiers.