Jan-Werner Müller: «Parler avec les populistes, ce n’est pas parler comme eux»

Par

Face à des populismes qui affirment être les seuls à représenter le peuple, de quels moyens disposons-nous ? Le chercheur Jan-Werner Müller élabore une théorie du populisme pour permettre de mieux lui résister. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour lutter contre le populisme, il est nécessaire de préciser ce qui le définit, et qui n’est pas de l’ordre du programme – des populismes non xénophobes existent – mais de la revendication du monopole moral de la représentation du peuple véritable. « Les populistes ne disent pas : “Nous sommes les 99 %.” Ils n’affirment rien de moins que représenter les 100 % », juge en effet Jan-Werner Müller, qui enseigne la théorie politique et l’histoire des idées à l’université de Princeton. Il est notamment l’auteur de Carl Schmitt, un esprit dangereux (Armand Colin) et de Difficile démocratie (Alma).