Jean Métellus raconte le rêve brisé d’une mondialisation heureuse

Par

Voix importante de la littérature haïtienne en exil, Jean Métellus donne à titre posthume, avec Rhapsodie pour Hispaniola, son ultime livre. Ce poème épique relate la conquête impitoyable des « Indes » chimériques de Colomb et vient raviver la flamme d’une œuvre aussi discrète qu'essentielle à notre compréhension du monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Et si revient hier que ferons-nous ? » demandait Jean Métellus dès son premier recueil de poèmes Au pipirite chantant (paru en volume en 1978), c’est-à-dire au lever du jour perçu d’Haïti où chante en premier cet oiseau des Caraïbes, le pipirite. Un an après sa mort survenue à Paris, le 4 janvier 2014, les éditions Bruno Doucey publient Rhapsodie pour Hispaniola, ouvrage posthume qui vient raviver la flamme d’une œuvre déjà considérable.