Antoine Bello ou l’organisation de la fiction

Par
Depuis New York où il vit, l'écrivain de langue française mais de nationalité américaine, Antoine Bello, poursuit une série romanesque ambitieuse sur la fictionalisation de la réalité. Après Les Falsificateurs, il livre avec Les Eclaireurs un nouveau roman d'espionnage philosophique, dont le héros, Sliv, est l'agent d'un mystérieux Consortium de Falsification du Réel. Un roman qui vient d'obtenir le prix France-Culture-Télérama. Entretien vidéo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Antoine Bello occupe une place à part dans la littérature française contemporaine. Et pas seulement parce qu'il est le seul écrivain intéressant à avoir pris publiquement position en faveur de Nicolas Sarkozy lors de la dernière élection présidentielle. Est-ce d'ailleurs trop demander au lecteur de Mediapart de faire abstraction de cette information livrée d'emblée pour mieux l'oublier et d'entrer, avec curiosité et sans préjugés, dans son univers? Ce serait stupide tant celui-ci vaut par son originalité, sa puissance, sa propension à donner à voir le monde de telle façon qu'on se surprend à le comprendre un peu mieux – ce qui, on en conviendra, n'est pas la qualité première du sarkozysme.