A Sète, la revanche par l'image

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À qui s'adressent ces regards de haine, de terreur, de colère ? Ces très rares sourires, ou ces yeux déjà sans vie ? À l'Histoire qui défile dans la mémoire de ces visages ? Au fonctionnaire qui fait l'inventaire consciencieux de ces parias, de ces condamnés ? Avant cet ultime face-à-face, il n'y a sans doute pas eu de parole, plus vraisemblablement des injonctions.