Appelfeld, l’homme qui murmurait à l’oreille du lecteur

Par et

L’écrivain israélien Aharon Appelfeld est mort dans la nuit de mercredi à jeudi 4 janvier à l’âge de 85 ans. Enfant, il avait survécu, seul et caché, à la Shoah. À 14 ans, disait-il, il n’avait « plus de langue ». Son œuvre fut ensuite couronnée par de nombreux prix littéraires, dont le prix Médicis étranger en 2004, et le prix Israël. Nous republions un entretien réalisé avec lui à l’occasion de la sortie des Eaux tumultueuses en 2013.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aharon Appelfeld est l’auteur de plus de quarante livres, principalement des recueils de nouvelles et des romans, écrits en hébreu, sa « langue maternelle d’adoption ». Déporté dans un camp en 1941 (il avait alors 9 ans), il s’en évada en 1942 et survit dans les forêts ukrainiennes puis chez des paysans ainsi qu’il le raconte dans Histoire d’une vie (prix Médicis étranger en 2004). La majorité de ses écrits concerne la vie de la population juive en Europe avant et durant la Seconde Guerre mondiale. À l'occasion de sa mort, le 4 janvier 2018, voici un entretien réalisé en 2013 à l'occasion de la sortie des Eaux tumultueuses.