Être ou ne pas être sur Facebook

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’avant-veille du second tour de l’élection présidentielle, j’ai quitté Facebook. Le ton des échanges, en montée constante depuis des semaines, venait d’atteindre une température trop caniculaire pour que ne se fasse pas ressentir la nécessité de prendre l’air. La récréation fut brève.