L’opéra des liens qui libèrent

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une femme feule dans sa chambre. Son désir est grand et la nuit capiteuse : « Personne ne m’excite d’une caresse passionnée. » Les aigus sont là, complexes et intranquilles. La situation est grave – la solitude, le malheur, la domination et la frustration –, que trop d'hommes désignent d’un néologisme littéraire, assez cavalier : « bovarysme ».