«Zama»: Lucrecia Martel repasse en tête

Par

Dix ans ou presque que Lucrecia Martel n’avait réalisé de film. Zama, qui met en scène un corrégidor en Amérique du Sud à la fin du XVIIIe siècle, signe le retour de la grande cinéaste argentine. Telle qu’en elle-même : virtuose et poisseuse, passionnée par les jeux de l’eau et de la concupiscence, les dangers et les délices de la perte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je ne conçois pas le cinéma sans eau. » L'Argentine Lucrecia Martel n'aurait aucun mal à faire sien ce propos fameux du cinéaste français Jean Renoir. Ses films – quatre seulement en presque vingt ans – sont en effet autant d'histoires d'eau. La Ciénaga (2001) commence au bord d'une piscine, dans un tintement de glaçons et l'imminence d'un orage, et son titre désigne aussi bien une commune qu'un marécage. La Sainte Fille (2003) met en scène une ex-plongeuse professionnelle et s'achève avec deux adolescentes faisant la planche dans une autre piscine, confusément inconscientes des conséquences de leurs actes. La Femme sans tête (2008) s'ouvre dans un canal asséché qui, à nouveau rempli, laissera remonter un cadavre à sa surface tandis qu'on inaugure en grande pompe une troisième piscine.